Lula elle est partie.

Ça finira mal.

Month: June, 2014

This was never the way I planned.

by lulasaysdotnet

“À quoi tu penses ?
– Ah non hein, penny for your thoughts c’est pas la peine.
– Non mais je veux savoir à quoi tu penses quand tu fais ce sourire en coin, ça a toujours l’air intéressant…
– Let me show you…”

“Gosh, je m’y ferai jamais…
– À quoi ?
– Your damn perfect ass.
– …
– I love your brain too, don’t worry.”

“Non mais tu peux pas appeler ton enfant comme ça, pauvre gosse !
– Les gens pensent pas assez aux conséquences d’un prénom.
– Moi pour une fille j’aime bien Lula.”

Silence.

Advertisements

Gone to find a place for us to hide.

by lulasaysdotnet

C’est pas toi, c’est moi. Enfin je crois. Tu vois ça marche pas, ça marche juste pas. Ça a marché 3 jours et l’autre a décidé que non, il voulait pas en fait, il pouvait pas. C’est pas toi, c’est nous. C’est eux. C’est lui.

Qui freine des deux pieds. Déconne pas, il me dit. Abuse pas. On fait plus ça, on change les règles. Je m’en fous de ses fossettes et de ses yeux. Je m’en fous de la mer (non, jamais). Je m’en fous complètement. Je marche plus dans tes combines, c’est mort. Je t’en filerai des nausées s’il le faut, mais tu comptes pas sur moi.

Mais… Shut up.

J’en ai pas fini avec lui. Mais je crois qu’il en a fini avec moi. Sounds familiar.

An arrow six inches from my heart.

by lulasaysdotnet

“Et toi tu fais quoi en ce moment ?

– Des gros tas de caca.”

C’est la première réponse qui m’est venue, et c’est vrai. Tous les jours, je m’applique à faire un peu plus de merde que la veille, et je m’y enfonce plus profondément, le tout en me disant “tu fais encore de la merde et tu t’enfonces encore dedans”, le tout en en ayant rien à foutre.

Enfin “rien à foutre”, c’est vite dit. Je me suis découvert une conscience plus casse couilles encore que ce relou de Jiminy Cricket et à qui je suis forcée de répéter en boucle que j’ai prévenu, que c’est comme ça, de me lâcher cinq minutes.

J’ai prévenu après tout. J’ai vraiment prévenu. À voix haute, les yeux dans les yeux. J’ai dit “run, Baby, run” et que j’allais bientôt jump into the rabbit hole et qu’il valait mieux pas m’y suivre, parce-qu’on sait jamais ce qu’on peut y trouver – mais c’est quand même rarement de bonne augure quoi. J’ai prévenu. J’essaye de déculpabiliser. J’ai prévenu.

Peut-être qu’en plus de faire de la merde, il va falloir que je devienne méchante maintenant.

You’re not my life but I want you in it.

by lulasaysdotnet

Capture d’écran 2014-06-05 à 16.13.54

I’m a sinner, I’m a saint.

by lulasaysdotnet

Je suis désolée, je pense que je vais tout niquer sur mon passage. Toi compris. Surtout toi. Enfin surtout moi, mais moi ça fait longtemps déjà, c’est une habitude, on ne s’en étonne plus.
Je préfère te prévenir. Je devrais. Ouais, je devrais.

Je suis désolée, je pense que je vais être une grosse connasse. Egoïste, la connasse.
Je vais m’efforcer d’en avoir rien à foutre, de ne penser qu’à ma gueule et de me prendre pour cette espèce d’être supérieur à qui tout est dû. Je vais profiter de tout, de toi et des autres.
Je préfère être honnête. Il faudrait.

En vrai je sais pas si je vais savoir faire. Il y a de grandes chances pour que la gentille en moi ne ferme pas sa gueule et te sorte de là plus ou moins à temps. Je m’excuse d’avance parce qu’elle ne sait pas trop y faire et que tu seras forcément malmenée au cours de l’opération. Mais peut-être moins.
Je ne sais pas, je ne peux pas savoir.

Je suis désolée mais je vais prendre le risque. Peut-être que quelqu’un d’autre devrait te protéger.

Run, you fool.