Lula elle est partie.

Ça finira mal.

Month: August, 2014

Don’t you dare let our best memories bring you sorrow.

by lulasaysdotnet

J’ai jamais su garder les secrets. Mais cette fois c’est pas à moi d’en parler. Alors je vais rien dire, serrer les dents, sourire quand elle dira oui et puis qu’il dira oui. Danser parce qu’il faudra danser, j’ai promis. Faire ce qu’il faut faire. On verra lundi. L’ironie quand on nous fera faire une photo de famille. L’ironie tout le long en fait.

15 ans que je m’y croyais préparée, mais en fait non, j’ai chialé comme une gamine quand elle me l’a dit. Je lui ai pas dit, j’ai dit “d’accord, je comprends, je n’en parlerai pas, dis moi si tu as besoin de moi”. Je lui ai pas dit que c’est pas comme si c’était une surprise. Je lui ai pas dit que j’étais pas son putain de journal intime, son punching ball, sa putain de psy. Je lui ai pas dit parce que je pense qu’elle aussi elle pleurait à ce moment là. Lui je sais pas. Lui il pleure pas, il parle même pas.

Allez t’es une grande fille, et tu l’as toujours su. Allez, t’es une grande fille, ça ne change plus rien pour toi. Que tu crois.

 

Advertisements

Into the light of a dark black night.

by lulasaysdotnet

11. fucking. years.

Est-ce qu’on se serait déçus, toi et moi ?
Pour mes 15 ans, tu m’aurais offert une guitare, peut-être même une des tiennes. C’est toi qui m’aurait appris à jouer. J’aurais travaillé mes arpèges à plus sentir mes doigts, pour te rendre fier.
T’aurais adoré m’expliquer mes cours de philo. J’en suis sûre. T’aurais eu des histoires à raconter. Des trucs géniaux, du rock n’ roll et les années 60.
Tu m’aurais souri quand j’ai eu mon bac. T’aurais rien dit mais j’aurais su.
Tu m’aurais regardée partir et donné des tonnes de conseils, avec l’air de pas t’en faire.
Tu m’aurais donné ton appareil photo, j’t’enverrais celles que je fais. J’pourrais t’appeler de temps en temps. On serait encore une famille.
J’suis sûre qu’on se serait pas déçus. On se serait pas perdus.

I fucking miss you.

Maybe I would’ve been something you’d be good at.

by lulasaysdotnet

Qu’est ce que tu veux ?
Quoique ce soit, fallait y penser avant. Maintenant c’est trop tard, trop loin. Ça sera plus jamais comme avant. You took a step you can’t take back.

À quoi tu joues ?
J’essaye tous les jours de trouver une raison qui me fait dire “it’s ok. It´s better this way”. Et d’y croire.
J’en ai une petite collection maintenant, on peut toujours trouver quelque chose.

À quoi tu pensais ?
Ouais, moi aussi j’ai cru que. J’aime aimais bien ci, ça. Ton prénom, l’odeur de ta foutue lessive, ta voix, oh my ton ventre, tes fesses, ta façon de conduire, ton accent anglais, tes histoires du bout du monde, de comment on irait, ton moulin à paroles, ton énergie tout l’temps, ta spontanéité, ton insouciance et tes contrariétés.
Tout ça.

J’vais te dire, c’est une belle connerie. Et maintenant c’est trop tard. J’préfère laisser les sentiments et les regrets me nécroser que de revenir en arrière.

Et puis soon again starts another big riot. Toujours.